La tragédie de Lac-Mégantic – une gestion des risques déficiente par Rémi Moreau

L’auteur passe en revue la terrible tragédie qui est survenue aux premières heures d’un samedi, le 7 juillet 2013, qui a détruit une partie de la petite municipalité québécoise de Lac-Mégantic, lorsque le déraillement d’un train sans conducteur, transportant des produits pétroliers hautement a provoqué une explosion gigantesque, tuant sur le coup 47 personnes se trouvant à proximité de l’explosion. Des jours et des mois après l’hécatombe provoqué par le train fantôme appartenant à la compagnie Montreal, Maine & Atlantic Railway, dont le siège est dans l’État du Maine et affiliée avec la maison-mère Rail Word Inc., sise à Chicago, tout un lot de questions reliées à la gestion des risques remontent à la surface. Une longue chaîne de responsabilités est identifiée : la nature de la compagnie MMA, le disfonctionnement des freins, le type de wagons-citerne utilisés, la nature des produits transportés à travers villes et villages, leur dangerosité, le mauvais étiquetage des produits transportés, la vétusté des rails, les risques environnementaux et les déficiences dans la règlementation fédérale sur ce type de transport.

L’auteur estime que des leçons importantes devront être tirées à la lumière de ce tragique événement.

Ce contenu est bloqué. Pour le lire, vous devez vous abonner.

Les commentaires sont fermés.