Gestion des risques : histoire, définition et critique par Georges Dionne

L’étude de la gestion des risques a débuté après la Deuxième Guerre mondiale. La gestion des risques a pendant longtemps été associée à l’utilisation de l’assurance de marché pour protéger les individus et les entreprises contre différentes pertes associées à des accidents. Des formes de gestion des risques purs, alternatives à l’assurance de marché, ont pris forme durant les années 1950 lorsque l’assurance de marché a été perçue très coûteuse et incomplète. Lire la suite

Rapport d’activités de la Chaire de recherche du Canada en gestion des risques – HEC Montréal – Année 2010-2011 par Georges Dionne

MISSION DE LA CHAIRE, PAR GEORGES DIONNE, TITULAIRE

 Bénéficiant d’un soutien financier du Programme des chaires de recherche du Canada, la Chaire de gestion des risques de HEC Montréal est devenue la Chaire de recherche du Canada en gestion des risques en janvier 2004. Elle a été renouvelée en 2011.

La gestion des risques est un domaine de recherche prometteur. Plusieurs événements tels les rendements désastreux de certains placements, les accidents mortels de la route, la contamination d’aliments ou les actes terroristes rappellent combien les sources de risque sont nombreuses et diversifiées. Des recherches comme celles effectuées à la Chaire permettent de développer des outils pour mieux gérer les risques et réduire, par conséquent, les coûts importants qui s’y rattachent.

Lire la suite

Modélisation et estimation des effets individuels et d’entreprise avec des données de panel : une application aux parcs de véhicules par Jean-François Angers, Denise Desjardins, Georges Dionne et François Guertin

Dans cet article, nous proposons une analyse détaillée de la modélisation et de l’estimation des distributions d’accidents de véhicules appartenant à un parc de véhicules. L’analyse tient compte simultanément des effets véhicules et de parcs de véhicules avec des données de panel. La distribution des accidents peut être affectée par des facteurs observables et non observables. Les facteurs non observables sont modélisés comme des effets aléatoires. Lire la suite

Introduction des directeurs invités

C’est avec grand plaisir que nous offrons aux lecteurs de la Revue ce numéro spécial en sécurité routière. Le contenu de ce numéro est le fruit de travaux de recherche récents qui ont été présentés à un colloque en l’honneur de Dre Claire Laberge-Nadeau tenu à HEC Montréal le 19 mai 2005. Au cours des trente dernières années, plusieurs chercheurs dans le domaine de la sécurité dans les transports ont été inspirés et infl uencés par les travaux de recherche et les enseignements de Mme Laberge-Nadeau et un certain nombre d’entre eux ont eu la chance de collaborer avec elle. Lire la suite

La perception des risques d’accident et d’arrestation lors de conduite avec facultés affaiblies par Georges Dionne, Claude Fluet, Denise Desjardins et Stéphane Messier

Le principal objectif de cette recherche est d’analyser la perception du risque d’être arrêté pour conduite avec facultés affaiblies. Nous considérons aussi la perception d’être impliqué dans un accident routier en conduisant avec facultés affaiblies et même la perception de la probabilité d’être impliqué dans un accident avec dommages corporels sous les mêmes conditions. Le deuxième objectif est d’identifier les déterminants expliquant les perceptions individuelles et, en particulier, les biais de perception que peuvent démontrer certains détenteurs de permis de conduire. Nous avons étudié deux groupes de détenteurs de permis de conduire. Le premier, appelé le groupe des cas, était composé d’individus ayant eu au moins une suspension de permis pour conduite avec facultés affaiblies. Le second, appelé le groupe témoin, était composé de détenteurs de permis de conduire n’ayant pas eu de sanction pour cette raison durant la période de l’étude. Les principales conclusions se résument à celles-ci. D’une façon générale, plusieurs facteurs affectent la perception des risques des individus. Les plus importants sont l’âge, le fait d’avoir accumulé des infractions durant l’année précédant l’enquête, le fait de ne pas consommer d’alcool avant de conduire, la connaissance de la limite d’alcool permise pour conduire, l’opinion sur la tolérance zéro pour conduite d’un véhicule et le revenu familial. Notre plus grande surprise a été de constater que le fait d’appartenir au groupe des cas ou au groupe des témoins n’avait pas beaucoup d’impact sur les biais de perception.

Lire la suite

Assurance automobile et régimes d’indemnisation par Georges Dionne

Ce deuxième numéro spécial contient cinq articles et une chronique sur l’assurance automobile. Il est davantage axé sur les problèmes de l’industrie dans différentes provinces canadiennes que le précédent. L’article de Jean-Louis Gauvin fait exception en traitant du régime québécois. Ce numéro introduit également deux nouvelles chroniques, soit celle sur la gestion des risques financiers, sous la responsabilité de Martin Boyer, et celle sur la gestion des risques majeurs, sous la responsabilité de Jean-Bernard Guindon. Lire la suite

Assurance automobile et régimes d’indemnisation – Introduction par Georges Dionne

Le régime québécois d’assurance automobile sans égard à la faute a maintenant 25 ans. Depuis le 1er mars 1978, la réparation des dommages corporels causés par un accident automobile est soustraite de la responsabilité civile au Québec. Les compensations d’assurance pour ces dommages sont automatiques et forfaitaires et sont gérées par une société d’État, la Société de l’Assurance Automobile du Québec (SAAQ). La couverture des dommages matériels demeure sous la responsabilité des assureurs privés (Gagnon, 1997). Lire la suite

Gestion des risques et gouvernance d’entreprise – Danielle Blanchard et Georges Dionne

Nous abordons la relation de conflits potentiels entre les objectifs de la politique de gestion des risques et celui de maximisation de la valeur des entreprises. Cette question est pertinente, car beaucoup d’entreprises ont des comités spécifiques dédiés à l’évaluation et à la gestion des risques, en particulier les banques et les compagnies d’assurances. Suite à l’affaire Enron, différentes propositions ont été formulées au sujet de la composition des différents comités au sein des conseils d’administration. Il est maintenant bien connu, dans la littérature financière, que des conflits d’intérêts peuvent se développer entre les dirigeants des entreprises et les actionnaires au sujet de la gestion des risques, notamment lorsque les dirigeants sont rémunérés par des options d’achat d’actions de l’entreprise. Nous sommes d’avis que la composition du comité d’évaluation et de gestion des risques du conseil d’administration doit être réservée à des administrateurs indépendants ne détenant pas d’options d’achat d’actions de l’entreprise. Lire la suite